Autant vous le dire tout de suite et ne pas vous vendre une fausse promesse, un chien n’est pas un investissement rentable au même titre qu’un actif « financier ». A moins (peut-être) d’en faire un commerce en revendant des chiots mais je laisse cela aux éleveurs professionnels qui font cela très bien, et qui ont un profond respect des animaux.

C’est d’ailleurs auprès d’un très bon éleveur que j’ai fait l’acquisition de notre chiot Yorkshire il y a maintenant plus de trois années, et je ne le regrette pas !

C’est beaucoup plus une histoire de famille (parents-enfants) que je m’en vais vous narrer qu’une quelconque histoire d’investissement, le titre quelque peu « provoquant » c’est juste pour vous aguicher J.

 

I/ J’ai finalement craqué

Je pensais bien résister aux assauts de ma fille aînée et avoir « juré/craché » que je n’aurai pas sous mon toit d’animal à poils (chien, chat, lapin, hamster …), les coups de boutoirs finement préparés par ma fille ont eu raison de ma détermination.

Je dois bien vous avouer que face à l’insistance de ma fille ainée, je me suis souvenu à quel point dans ma semblable enfance, j’avais lourdement insisté auprès de mes parents dans le but d’obtenir également le « Graal » , le summum du cadeau qu’un enfant peu souhaiter, un chien !

Autre temps, mes parents eux n’avaient pas flanché sur le chien, mais un petit lapin nain que j’avais prénommé « Jupiter » m’attendait un jour à mon retour du collège.

Secret que mes parents avaient soigneusement gardé jusqu’au jour J, bien leur en a pris, ma joie fut immense en rentrant à la maison! Et c’est peut-être cette joie que j’ai connue il y a tant d’années qui m’a fait inconsciemment céder et accepter qu’un petit chiot vienne rallier les rangs de notre famille au printemps 2013.

Ici, nous n’avons pas choisi l’option de la surprise, mais plutôt une savante préparation et de nombreuses conciliations en famille… il fallait que toute la famille soit impliquée et que notre prochain compagnon de vie ne soit pas le fruit d’un « coup de tête » .

Quelle race de chien nous faudra-t-il ? Mâle ? Femelle ? Taille ? Caractère ? ….Je vous épargnerai les innombrables questions et lectures qui ont précédé leur choix final de notre futur compagnon.

Bien évidemment, inutile de vous dire qu’il s agit de notre premier chien, nous étions donc des néophytes, mais pas apeurés pour deux sous, nous avions bien eu 2 filles sans pour autant apprendre à être parents à l’école.

 

II/ L’heure du choix

Où acheter ? Quelle race donc ? Quel prix ? Allions-nous faire une bêtise ?

Un Berger Allemand ? Ne serait-ce pas un peu trop grand pour nos débuts « canins » ?

Un Golden Retriever ? Race absolument fantastique (nous avions des amis qui en possédait un et c’ était absolument incroyable comme animal) mais le Golden Retriever perd ses poils comme la plupart des chiens et « papa » est allergique aux poils d’animaux (et oui, cela ne rendait pas le choix si facile).

Bref je vous ferai grâce de nos pérégrinations sur le choix (cela pourrait constituer un article à part entière), après moult lectures, hésitations, mise en commun des désidératas et contraintes des uns et des autres, la décision fut prise : ce sera un Yorkshire Terrier !

Il s’agit là d’un petit modèle de chien, petite boule de poils adorable et facile à emmener partout !

Il semblerait que le poils du Yorkshire soit moins allergisant, et manifestement je confirme aucune crise d’allergie en ce qui me concerne depuis que nous avons accueilli notre ami à 4 pattes (voilà près de 4 ans bientôt), alors que vous n’imaginez pas mes éternuements quand je suis dans une maison qui possède un chat par exemple, en moins de 4 heures…

 

III/ Un nouveau membre à part entière de la famille

Je dois bien avouer que je ne m’attendais pas à ce que cette boule de poils, que nous sommes allée chercher à l’âge de 8 semaines chez une éleveuse professionnelle (notre chienne faisait alors moins d’un kilo) nous procure autant de joies et fédérer notre famille à ce point.

Petit concentré de douceur, jamais avide de câlins et expertes en léchouilles, elle nous fait une fête pas croyable lorsque nous rentrons à la maison après une absence, ne serait-ce que de 30 minutes.

Il a fallu l’éduquer et passer du temps avec elle afin de faire en sorte qu’elle obéisse à plusieurs « ordres » et qu’elle puisse se tenir correctement en société (voir vidéo).

Mais vraiment je n’imaginais pas le rôle essentiel que notre chienne allait jouer auprès des adultes et des enfants du foyer.

Pour nos enfants, notre chienne leur a permis d’apprendre le sens de la responsabilité et quelque part une forme de « parentalité » puisque nos enfants ont dû aussi occuper le rôle de « grand » et d’éducateur pour le chiot qui venait d’arriver dans notre foyer. Cette chienne a réveillé auprès de nos enfants l’instinct de protection pour un être vivant qu’elles considèrent plus fragile qu’elles car tout petit et tout « mignon ».

Mais également, le chien leur a permis d’augmenter significativement la dose de joie, de bonheur et d’affection que nos filles ont reçue et ont donnée en retour.

Dans cette aventure, j’ai appris à voir beaucoup plus les aspects positifs liés à cette arrivée que l’énumération des contraintes tellement « négatives » que j’imaginais bien avant de faire le pas et qui me poussa pendant longtemps à ne pas accepter un chien chez nous.

Je remercie chaleureusement Joëlle de l’élevage de Terre Basse de Saint Sorlin en Valloire (code postal 26210), n’hésitez pas à la contacter si vous avez aussi envie de recueillir un chiot Yorkshire dans votre foyer comme nous.

 

 

Téléchargez GRATUITEMENT les 10 SECRETS du Parent Investisseur Millionaire qui souhaite se créer un patrimoine pour lui et sa famille

Téléchargez GRATUITEMENT les 10 SECRETS du Parent Investisseur Millionaire qui souhaite se créer un patrimoine pour lui et sa famille

Indiquez simplement votre adresse email principal pour télécharger votre KIT de Parent Investisseur

Votre inscription a bien été prise en compte.