L’addiction aux réseaux sociaux et l’influence du numérique est aujourd’hui incontestable, que ce soit dans notre vie quotidienne que dans celle de nos enfants.

Mais au-delà d’un simple phénomène de société, Internet et plus précisément les réseaux sociaux, constituent une véritable industrie structurée, créateur d’emplois et générateur de profits ! Alors quand votre fille vous regarde et vous dit : « Papa quand je serai grande je serai YouTubeuse ! », essayez de vous projeter 20 ans dans le futur… Et si votre fille pouvait en faire son véritable métier justement ?

Et si nous, parents changions notre perspective et nos propres attentes à l’heure d’orienter nos enfants.

Je vous l’avoue, l’aspect le plus conservateur du parent que je suis me dit qu’il me plairait bien que ma fille me dise plutôt qu’elle souhaite devenir ingénieur, médecin ou avocat. Ces métiers « rassurants » où le parent peut avoir un sentiment de « mise en sécurité » pour l’avenir de son enfant, même si ces métiers ne sont pas facilement accessibles car une énorme charge de travail attend les candidats avant l’obtention du diplôme.

Et le parent le plus « connecté » en moi est très perméable à cette idée de voir sa fille devenir « Youtubeuse » mais plus généralement, l’aider à trouver sa place dans cette nouvelle économie du numérique.

 

L’usage des médias sociaux chez les jeunes

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ces dix dernières années, les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, YouTube ont explosé et ont gagné en popularité. 6 internautes sur 10 s’y rendent tous les jours et 86 % de la population Française y vont au moins une fois par mois.

75 % des plus actifs sur ces plateformes sont incontestablement les jeunes de 15 à 24 ans, qu’on appelle les enfants de la Net-génération. Une infographie sur l’utilisation des réseaux sociaux indiquent notamment l’ordre de classement par utilisation suivante :

  1. Facebook : 82 %
  2. Snapchat :  44%
  3. Twitter      :  39 %
  4. Google + :   34%
  5. Instagram :  33 %

Que deviendraient nos jeunes d’ailleurs « sans connexion » tellement leur vie tourne autour de cette communication et information virtuelles ? Leurs principales motivations se résument ainsi :

– Garder le contact avec leurs proches.

– Recueillir des informations sur le monde environnant (même si je dois bien avouer que ces informations revêtent un niveau de futilité extrème à mes yeux).

– Curiosité sur les actualités des amis.

Ces jeunes s’identifient et se comparent par rapport aux autres, avec une très forte recherche de reconnaissance sociale. Il en découle un comportement et un développement très nettement influencé par les réseaux. Parmi les études réalisées, il en ressort que 76.8% des publications portent sur des photos ou vidéos et 45 % sur des textes.


 

Quels sont ces futurs métiers du web 2.0 ?

Que ce soit sur un ordinateur, une tablette ou un Smartphone, le web est désormais mobile, interactif et en constante évolution. On peut compter parmi les grandes évolutions du web justement l’émergence de nouvelles professions et s’avèrent être des métiers à succès, prometteurs pour le futur.

 

Les développeurs informatiques et les spécialistes du marketing online sont les plus recherchés, mais on peut dénombrer 5 grandes professions du web :

 

  1. Les métiers techniques :

Les compétences techniques sont loin de connaître la crise du chômage : développeurs web, intégrateurs, hotliners, etc. ont toujours la cote.

 

  1. La production de contenus :

Avec le boom de la stratégie digitale, les métiers liés à la production de contenus ont connu une forte croissance. Avec des besoins en contenu optimisé réguliers, les professionnels du secteur sollicitent notamment ces nouveaux acteurs du web : bloggeurs, responsables éditoriaux, web-rédacteurs, etc. ont le vent en poupe. Le poste le plus tendance ? Celui de community manager.

 

  1. La création web :

La part belle de la créativité est attribuée au graphiste multimédia, directeur artistique, web-designer et tous ceux qui participent à la création d’une interface web attractive, ergonomique et responsive.

 

  1. Le webmarketing :

Les sociétés et les marques veulent cibler juste, cerner les tendances, comprendre leur clientèle, en anticipant si possible sur la concurrence. Les responsables e-marketing ou e-commerce se chargeront d’élaborer des stratégies, tous azimuts, portées principalement sur le consommateur.

Ce secteur propose différentes orientations allant de la publicité pour le web-planner, au référencement web pour l’optimisation des sites, tandis que le trafic manager se basera sur l’analyse statistiques pour cerner le marché du web.

 

  1. La gestion de projet :

La consultance et le conseil sont les principales composantes de cette dernière catégorie. Le webmaster et le chef de projet seront les intervenants clés pour la conception de sites internet et la coordination des équipes.

 

Pas d’inquiétude donc pour votre future YouTubeuse ! Au-delà d’une activité de loisirs qui peut paraître envahissante au quotidien, il faut bien l’admettre, le web et les réseaux sociaux offrent de belles perspectives aux jeunes pour les prochaines décennies à venir.

Le choix de métiers dans le domaine du web est assez large. Il ne reste plus qu’à créer les cadres éducatifs et les formations y afférant pour professionnaliser des secteurs qui jusque-là entraient plus dans le cadre d’une passion.

Téléchargez GRATUITEMENT les 10 SECRETS du Parent Investisseur Millionaire qui souhaite se créer un patrimoine pour lui et sa famille

Téléchargez GRATUITEMENT les 10 SECRETS du Parent Investisseur Millionaire qui souhaite se créer un patrimoine pour lui et sa famille

Indiquez simplement votre adresse email principal pour télécharger votre KIT de Parent Investisseur

Votre inscription a bien été prise en compte.